Vue du mur des Noms au Mémorial de la Shoah

Les rencontres

rencontre - jeudi 15 mai 2014 > 19h

Deux générations d’écrivains sur les traces de la Shoah en Hongrie)


[Dans le cadre de la 70e commémoration de la destruction des Juifs de Hongrie (1944-2014)]

Sélection de déportés juifs hongrois par des soldats allemands, à l'arrivée au camp de Birkenau. Pologne, printemps 1944. © Mémorial de la Shoah.Fils et petit-fils de survivants de la Shoah en Hongrie, Gábor Schein vient de publier Lazare ! (traduit du hongrois par Clara Royer, éd. Petra, 2013), inspiré de sa propre histoire familiale. Dans son premier roman, Tous ceux qu’elle aimait (traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz, éd. Fayard, 2013), Edna Noy, fille unique d’un couple de rescapés hongrois, retrace l’impossible reconstruction des survivants de la Shoah.

suivie d’une lecture

La Shoah dans la
littérature hongroise – de 1944 à nos jours

D’œuvres écrites en pleines persécutions (Miklós Radnóti, Éva Heymann), à la veille de la prise du pouvoir par les communistes en 1948 (Ernö Szép, Béla Zsolt), dans les années 1970 (Imre Kertész, Mária Ember), jusqu’aux ouvrages réalisés dans les années 1990-2000 par des auteurs n’ayant pas vécu la Shoah (Edna Noy, Gábor Schein, László Márton), ce parcours présente la façon dont les diverses générations d’écrivains ont appréhendé la Shoah.

Lecture par Jean-Quentin Châtelain et Agnès Sourdillon, comédiens.réalisatrice.

Animée par Clara Royer, maître de conférences en Cultures d’Europe centrale, université Paris 4-Sorbonne.

> Entrée libre sur réservation.

 Avec le soutien des services culturels de l’ambassade d’Israël en France.

Ambassade d'Israël

 En partenariat avec

Institut Hongrois







rencontre - mardi 27 mai 2014 > 14h30

Journée nationale de la Résistance 


L’Assemblée nationale a définitivement adopté une proposition de loi sénatoriale visant à faire du 27 mai la Journée nationale de la Résistance. À cette occasion, le Mémorial de la Shoah organise une rencontre exceptionnelle consacrée à l’engagement des Juifs dans la Résistance en France et à leur contribution à la libération du territoire.

Suivie d’un hommage rendu dans la crypte du Mémorial de la Shoah aux résistants juifs morts pour la libération de la France.
Durant cette journée, l'ARJF (les Anciens de la Résistance juive) remettra ses archives au Mémorial de la Shoah.


En présence d’André Kaspi, historien, professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (sous réserve) et d’anciens résistants dont Roger Fichtenberg, Laurent Goldberg, Liliane Klein-Lieber, Georges Loinger, Frida Wattenberg, et Charles Zelty.

> Entrée libre sur réservation

 





rencontre - dimanche 22 juin 2014 > 14h30

Comment se reconstruire après la Shoah ?


Mémorial de la Shoah. © Fonds Anna Langfus, Branna Grodzka-TNN Lublin.[À l’occasion de la parution de Les Disparitions d’Anna Langfus, de Jean-Yves Potel, éd. Noir sur Blanc, 2014].

La question est au coeur des romans d’Anna Langfus (1920-1966). Elle nous raconte l’histoire de rescapés juifs polonais, Maria et Michael, qui tentent de « reconstruire leur vie » après la catastrophe, et qui n’y parviennent pas ; l’amour du mari et des parents ayant pourtant été la force et le seul salut de la jeune Maria, dans les ghettos et les prisons nazis. Mais, après la guerre, « ce n’est pas tout que de survivre ».

Lecture de textes d’Anna Langfus et projection d’un documentaire de Jean-Yves Potel, Trois romans pour transmettre (18 mn, 2014).


En présence de l’auteur Jean-Yves Potel, politologue, Anny Dayan-Rosenman, maître de conférences en littérature, université Paris 7- Denis Diderot, Myriam Ruszniewski-Dahan, professeure de lettres et écrivain, et Pierre Pachet, universitaire et écrivain.

Animée par Michèle Tauber, maître de conférences en littérature hébraïque, université Paris 8.


> Tarifs : 5 € / réduit 3 €.

Dans le cadre de

Festival des cultures juives