Rapport moral de l’institution

EDITORIAL

Éric de Rothschild. © DR.

Éric de Rothschild.

© DR.

2015. Une année marquée par les événements tragiques de janvier et de novembre, une année de protection accrue et de restriction des mouvements des scolaires, une année où le combat contre l’antisémitisme par l’éducation de la jeunesse prenait tout son sens.

Dans ce contexte particulier, le Mémorial a dû rapidement s’adapter. Il a mis en place des actions pour aller au-devant des élèves dans les écoles. Nos équipes pédagogiques se sont ainsi déplacées pour animer des ateliers au sein même des établissements, répondant à une demande des professeurs, mais aussi des élèves.

Samuel Pisar, qui nous a quittés en juillet dernier, nous confiait déjà en 2005, lors de l’inauguration de l’agrandissement du Mémorial, sa confiance envers la jeunesse : « Ce qui me frappe, c’est que la jeunesse en particulier veut maintenant mieux comprendre ce qui s’est vraiment passé en ces lieux et ces temps maudits, mieux comprendre et mesurer les graves dangers qui la guettent dans notre monde à nouveau enflammé. » Dix ans plus tard, les jeunes d’aujourd’hui ne démentent pas ses propos.

Le 27 janvier, alors que nous célébrions le 70e anniversaire de la libération des camps en présence du Président de la République française, de nombreux ministres et de déportés, ils étaient une centaine de jeunes ambassadeurs de la mémoire à être présents à la cérémonie, venus nous dire en leurs propres mots l’importance de l’enseignement de l’histoire de la Shoah pour « leur formation intellectuelle, scolaire et, par-dessus tout, citoyenne ».

Déclarée grande cause nationale 2015 par le Premier ministre, la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et l’intolérance est devenue depuis 10 ans l’action prioritaire du Mémorial de la Shoah. À Paris, à Drancy, en province, notamment grâce à une antenne à Toulouse, mais aussi à l’étranger, le Mémorial mène des actions de sensibilisation à l’histoire de la Shoah comme moyen concret d’aborder le vivre-ensemble et de combattre cette intolérance. Notre réflexion ouverte utilisant la comparaison avec les autres génocides donne, s’il en était besoin, une universalité à notre enseignement qui porte fort et longtemps.

70 ans après sa création, le Mémorial est devenu un lieu de mémoire, un centre de documentation et de transmission, mais également un lieu d’éducation et de formation unique aussi important. C’est grâce au travail remarquable mené par nos équipes permanentes, mais aussi grâce aux survivants, aux anciens résistants et aux bénévoles qui, tous, nous aident et nous soutiennent au quotidien. Mais c’est aussi grâce à vous qui montrez votre intérêt pour le Mémorial et ses missions en venant nombreux participer à nos manifestations, en nous apportant également ce soutien matériel sans lequel nous ne pourrions rien.
Merci à tous !

Éric de Rothschild
Président du Mémorial de la Shoah

RAPPORT MORAL 2015 (PDF)

ARCHIVES DES RAPPORTS MORAUX DEPUIS 2004