Conseil National pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés

Historique

 

Les Associations pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés (AMEJD): pourquoi et comment ?

De 1942 à 1944, plus de 11 400 enfants furent arrêtés par la police du gouvernement de Vichy, collaborateur zélé de l’occupant nazi, parce que nés juifs. Ils ont été déportés vers les camps de la mort nazis, où ils furent exterminés; anonymes, sans sépulture.

Conscientes que le souvenir de cette tragédie, unique dans l’histoire de l’humanité, ne doit pas disparaître avec les derniers témoins, des associations se sont créées à partir de 1997.

Leur but est de pérenniser la mémoire des enfants juifs déportés en apposant des plaques commémoratives dans les établissements où ils étaient scolarisés.

Soutenues par la Mairie de Paris, les Mairies d’arrondissement et l’Inspection Académique, ces associations effectuent des actions pédagogiques auprès des élèves, des parents et des enseignants.

Elles organisent des expositions, des rencontres avec des témoins (déportés, résistants, enfants cachés) afin de les sensibiliser au drame que fut la Shoah.

Le COMEJD : pourquoi et comment ? 

Le nombre d’associations et de comités s’étant accru au plan national et à la demande des hautes autorités, la création d’une coordination s’est avérée indispensable.

Le Conseil National pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés (COMEJD), association laïque et apolitique a été créée le 30 mai 2003.

Toute association, tout comité, toute personne dont le but est de préserver et transmettre la mémoire des enfants juifs déportés, peut adhérer au COMEJD.

 

Retour vers la page d'accueil