8

AUTOUR DE L EXPOSITION rencontre mercredi 11 avril 2018 à 21 h

Beate et Serge Klarsfeld, modèles d engagement de génération en génération Dans le cadre de la cérémonie de Yom HaShoah, voir page 41

Organisée avec les Éclaireuses et Éclaireurs israélites de France (EEIF)

Chasseurs de nazis et bâtisseurs de la mémoire de la Shoah, l action et l œuvre de Beate et Serge Klarsfeld inscrivent l éthique de l engagement au cœur de la transmission. Un dialogue avec le public, des éducateurs et membres des mouvements de jeunesse.

En présence de Serge Klarsfeld, historien, et Olivier Lalieu, responsable de l aménagement des lieux de mémoire et des projets externes, Mémorial de la Shoah. Animée par Charles Tenenbaum, maître de conférences en science politique, membre du conseil d administration des EEIF.

projection jeudi 12 avril 2018 à 11 h

La Mémoire des enfants de Hannes Gellner et Thomas Draschan Dans le cadre de la cérémonie de Yom HaShoah, voir page 41

(France, Autriche, documentaire, 72 mn, 3-SAT, BIP TV, 2010. Avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah)

Entre 1942 et 1944, en France, plus de 11 400 enfants juifs furent livrés aux nazis par les autorités françaises et assassinés à Auschwitz. Beate et Serge Klarsfeld, infatigables traqueurs de criminels nazis, historiens et militants de la mémoire, présentent ici des matériaux inédits, issus de recherches historiques minutieuses. Le film suit la « méthode Klarsfeld » : il tente de sortir les victimes de l anonymat.

En présence de Hannes Gellner, réalisateur, et de Serge Klarsfeld. Entrée libre sur réservation

suivie de la projection d extraits de

La Traque de Laurent Jaoui (France, fiction, 108 mn, Elzevir Films, 2008. Avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah)

Serge et Beate Klarsfeld ont consacré douze années de leur vie à la traque de Klaus Barbie. Ce film revient sur leurs premiers coups d éclat en Allemagne jusqu aux combats juridiques et médiatiques qui menèrent à son procès en France. Cette fiction, avec Yvan Attal, Franka Potente et Hanns Zischler, tient notamment son originalité des divers points de vue qu elle adopte : celui des époux Klarsfeld, de Klaus Barbie et des Boliviens, nouvelles victimes de cette barbarie « exilée ».

Entrée libre sur réservation