Ateliers pédagogiques pour les élèves de collège et de lycée

Les ateliers pédagogiques permettent aux élèves d’aborder l’histoire des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale tout en portant un regard sur les cultures juives d’avant-guerre. Ils sont en priorité destinés aux groupes ayant déjà eu l’occasion d’aborder ou d’approfondir le sujet en classe.

Les ateliers pour les élèves à partir de la Sixième

Joseph, Jean, Claude et les autres…

Pour les élèves de Sixième et Cinquième
Cet atelier cinématographique repose sur l’analyse d’extraits de films sur la vie d’enfants juifs en France sous l’Occupation. Tout en analysant les choix de mises en scène des réalisateurs et en apprenant les notions du langage cinématographique, les élèves découvrent l’histoire des enfants cachés.
Animé par Pauline Le Diset

L’étoile du combattant

Pour les élèves de Sixième et Cinquième
L’atelier retrace l’itinéraire d’une résistante juive. Les enfants observent les diverses formes d’engagement, du sauvetage à la lutte armée. Des chants, des objets et des documents d’archives aident à mieux saisir les enjeux de cette résistance plurielle.
Animé par Barbara Mellul ou Karen Cohen.

La philo pour combattre les préjugés

Pour les élèves de Sixième et Cinquième
L’atelier retrace l’itinéraire d’une résistante juive. Les enfants observent les diverses formes d’engagement, du sauvetage à la lutte armée. Des chants, des objets et des documents d’archives aident à saisir les enjeux de ces multiples formes de résistance.
Animé par Évelyne Lagardet

L’Histoire s’affiche

Pour les élèves de la Sixième à la Seconde
Que nous disent les images ? Comment les analyser et les replacer dans un contexte historique très précis ? Cet atelier entame une réflexion à partir de la composition et de la transformation d’images. Les élèves réfléchissent tous ensemble aux notions de portrait, de déshumanisation et de stigmatisation. Ils sont invités à décrypter une affiche de propagande et apprennent ensuite à détourner des signes et des symboles afin de réaliser, à leur tour, leur «propre image».
Animé par Faso.
En partenariat avec Fabrication Maison.

La Résistance à l’écran

Pour les élèves de la Cinquième à la Troisième
Les élèves découvrent des extraits de films évoquant diverses formes de résistance et réfléchissent au discours des films sur l’histoire, et à son apparition dans la mise en scène. Un exercice de découpage cinématographique qui soulève aussi la question de la responsabilité et du choix toujours possible de chacun..
Animé par Pauline Le Diset

Ateliers pour les élèves à partir de la Troisième

NOUVEAUTÉ (à partir de 2017) – Reporters de guerre

Les élèves étudient d’abord les contraintes auxquelles devaient faire face les reporters de guerre, allemands et alliés, lorsqu’ils se trouvaient sur le terrain. Ils décryptent ensuite divers aspects des images réalisées, notamment à Paris, Kiev et Auschwitz, qui complètent aujourd’hui notre perception des étapes du génocide des Juifs. Dans un troisième temps, après avoir choisi une photographie significative, ils réalisent un « carnet de mémoire », accompagné de notes et de croquis ; traces sensibles de leurs propres réflexions et observations.

NOUVEAUTÉ (à partir de 2017) – La fabrique du complot : hier et aujourd’hui

Rumeurs, théories du complot, photomontages, vidéos truquées… : la désinformation est aujourd’hui omniprésente. L’atelier vise à donner aux élèves des outils pour analyser les images et les discours qui circulent au quotidien sur internet. Il s’agit aussi de mieux comprendre le rôle et l’impact des réseaux sociaux, tout en stimulant un sens critique personnel.

NOUVEAUTÉ (à partir de 2017) – Les préjugés : au quotidien et dans l’Histoire

Quel rôle jouent les préjugés ? Comment passe-t-on d’une stigmatisation verbale à des persécutions physiques ? Pourquoi la propagande constitue souvent une étape déterminante dans la mise en place d’un massacre ou d’un génocide ? Autant de sujets abordés par les élèves qui commencent par analyser leurs propres préjugés et les stéréotypes véhiculés par le langage et certaines images de propagande. Ils réfléchissent enfin au rôle de ces préjugés racistes dans certains événements historiques du XIXe- XXe siècles

Déconstruire les préjugés racistes

Pour les élèves de la Seconde à la Terminale
Après une visite dans le Musée, et après une analyse de documents, cet atelier a pour objectif d’initier les élèves à la pratique du dialogue autour d’une question choisie. Sans être un cours de philosophie, cette pratique donne aux élèves certains outils nécessaires pour débusquer les erreurs de jugement souvent à la base de stéréotypes et des préjugés racistes.

Des JO de Berlin à Auschwitz : le sport entre propagande et résistance

En analysant les préparatifs, le déroulement et l’impact des Jeux olympiques de Berlin en 1936, les élèves découvrent comment le sport fut utilisé à la fois comme outil de propagande et comme moyen de résistance pendant le IIIe Reich. Le destin d’Alfred Nakache (surnommé le nageur d’Auschwitz) ou les exploits de l’athlète noir Jesse Owens à Berlin illustrent les différentes attitudes des sportifs face au nazisme.

Témoignage littéraire (CNRD)

Les élèves abordent l’histoire de la Shoah par l’étude de textes autobiographiques. À partir de textes tels que le Journal d’Hélène Berr, W ou le Souvenir d’enfance de Georges Perec, ils travaillent sur l’évolution de la mémoire individuelle et le statut du témoignage littéraire.

Les actualités cinématographiques de guerre

Le DVD-Rom Images de guerre, réalisé par l’INA, contient l’intégralité des actualités cinématographiques de 1940 à 1946. En effectuant des recherches sur cette base de données, les élèves découvrent les mécanismes de la fabrication de l’information et de la propagande. Ils explorent ensuite deux parcours thématiques à choisir parmi les thèmes suivants :

  • Les techniques de propagande
  • Le discours antisémite à l’écran
  • L’image de la Résistance
  • La vie quotidienne sous l’Occupation
  • Le retour des « absents » et l’ouverture des camps

En partenariat avec l’INA et le Forum des images.

 

Initiation à la recherche de documents d’archives

À travers l’étude du parcours et de l’histoire d’un destin individuel pendant la guerre, en travaillant sur différents supports historiques, les élèves sont initiés à la recherche d’archives et au décryptage de documents qui composent le fonds du Centre de documentation du Mémorial.

A la recherche de Dora Bruder

Partant de la lecture d’extraits choisis de Dora Bruder, l’atelier se propose de reconstituer à travers divers documents (photographies, plans, documents audio et archives), une époque marquée à la fois par les persécutions à l’encontre des Juifs de France et par le bonheur fugace engendré par une chanson, une séance de cinéma ou un de ces plaisirs minuscules et interdits qu’on s’offrait malgré l’étoile d’infamie. Les élèves seront invités à revenir sur les traces et l’itinéraire de la jeune fille dans Paris.
Dans une dernière partie de l’atelier, les élèves réaliseront un travail graphique sur le thème de la fuite et de l’invisibilité, hier et aujourd’hui.

La guerre des ondes (1940-1944)

La radio s’est imposée durant les années de guerre comme un moyen de propagande et d’information unique. L’objectif de cet atelier est de bien souligner comment les diverses émissions suivirent l’évolution des grandes phases de la guerre, et d’apprendre à décrypter les divers points de vue (BBC à Londres, Radio-Vichy, Radio-Paris).

En partenariat avec l’Ina.

Au fait c’est quoi être Juif ?

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, plus de 300 000 Juifs vivent en France. Cette dénomination dissimule, en fait, une communauté assez hétérogène. Qu’est-ce qu’être juif ? Est-ce seulement partager une religion, une histoire ou une culture ? Une destinée commune après la dispersion ? Autant de facettes qui sont évoquées durant l’atelier à l’aide d’images, de mélodies, d’objets et de textes. Une promenade dans l’ancien Pletzl (quartier juif) permet ensuite aux participants de découvrir la vie juive du Marais d’hier et d’aujourd’hui, tout en réalisant un carnet de bord.

Dernière adresse connue

Avant la Seconde Guerre mondiale, à l’emplacement du Mémorial de la Shoah, vivaient des familles, et, parmi elles, des immigrés juifs originaires d’Europe centrale. Après une visite du quartier et à l’aide d’archives et de témoignages individuels, les élèves reconstituent le parcours singulier de ces familles. Ils fabriqueront ensuite un petit « journal » sur cet « espace de vie ».

Maus d’Art Spiegelman, une BD pour mémoire (CNRD)

Pour les élèves de la Seconde à la Terminale
Cet atelier propose aux élèves d’approfondir leur lecture de Maus. Ils y questionnent les choix de l’auteur quant à la structure du récit, analysent le graphisme de la BD et s’interrogent aussi sur la métaphore animalière.

Représentations de la Shoah au cinéma

Pour les élèves de la Seconde à la Terminale
L’atelier interroge les représentations de la Shoah en s’appuyant sur des extraits de films : à quelles limites le cinéaste et le spectateur sont-ils confrontés ? Les élèves choisissent des documents d’archives puis élaborent une note d’intention un peu comme le ferait un cinéaste face à un producteur.

Terezin : vérités et mensonges

Pour les élèves de la Seconde à la Terminale
Antichambre d’Auschwitz, Terezin a connu une intense vie culturelle. Contraints d’inverser l’image de ce camp-ghetto pour les besoins de la propagande, des artistes ont su malgré tout évoquer la tragique réalité. Mettant en perspective les représentations contradictoires qui leur sont soumises, les élèves, tels des enquêteurs, essaient de rétablir la réalité de la vie et de la difficile survie à Terezin.
Animé par Dominique Foucher.

Destins Tsiganes (CNRD)

Pour les élèves de la Seconde à la Terminale
Les nazis et leurs collaborateurs ont persécuté et assassiné plusieurs centaines de milliers de Tsiganes. Cet atelier permet de préciser leurs identités, les crimes commis à leur encontre en Europe, et le cas spécifique de la France. À partir d’archives, de séquences vidéo et sonores, les élèves reconstituent aussi les destins de deux familles sous la forme d’un cahier sonore.
Animé par Jacques-Olivier David.

Mémoriaux et matériaux

Pour les élèves de la Seconde à la Terminale
Des architectes imaginent nos lieux de mémoire. À l’appui de références architecturales en Allemagne et en France, cet atelier cherche à sensibiliser les élèves au travail de mémoire autour de la Shoah. Leur regard est tout d’abord sollicité lors d’une visite du Mémorial. Puis les élèves construisent, en suivant un cahier des charges très précis, un « lieu de mémoire » personnel.

La création artistique en temps de guerre : une forme de résistance ?

Pour les élèves de la Seconde à la Terminale
L’art peut-il interroger les événements historiques ? En quoi est-il vecteur de mémoire ? Les grandes étapes de la Shoah sont abordées à travers l’analyse d’œuvres réalisées avant 1945. Une réflexion sur la création contemporaine ouvre le sujet aux représentations d’après 1945. Les élèves sont ensuite invités à réaliser une œuvre en réponse à un thème donné.
Animé par Mauro Ciccia ou Marini Bambi.

Photographier les traces, imaginer l’événement

Pour les élèves de Première et de Terminale
Durée : 1 ou 2 séances de 3h30.
Cet atelier permet aux élèves d’exprimer leurs visions et leur imaginaire sur l’histoire de la Shoah sous la forme de productions photographiques. Ils travaillent avec une artiste, à la fois dans les sources documentaires du Mémorial de la Shoah, et en rencontrant et questionnant un témoin.
Animé par Natacha Nisic et Jacques-Olivier David.

La justice face aux génocides

Pour les élèves de Première et de Terminale
Depuis 1945, la justice s’efforce de répondre aux questions soulevées par les crimes de génocides : quels sont les crimes pouvant être qualifiés de génocide ? Qui sont les responsables de ces crimes ? Comment punir ceux qui y ont participé ? À partir d’archives sonores et visuelles des procès de génocides du XXe siècle (notamment Nuremberg en 1945-1946, Eichmann en 1961, Klaus Barbie en 1987 et les Gacacas du Rwanda dans les années 2000), cet atelier vise à amorcer une réflexion sur la manière dont une société se relève d’un génocide et permet aux survivants d’envisager à nouveau une vie commune.

 

Durée : 3 h (sauf mention spécifique)

Tarif : 75 €

Réservations indispensables 2 mois minimum à l’avance :
Tél. : 01 53 01 17 26 du lundi au vendredi de 9 h 30 à 13 h ou education@memorialdelashoah.org

Pour bénéficier du plus grand choix dans les dates, réservez dès à présent.
Profitez des mois d’octobre à décembre pour un meilleur confort de visite.